100 ans fondation bibliomedia suisse

07/07/2020

La Fondation Bibliomedia a été fondée en 1920. Depuis 100 ans, Bibliomedia soutient la lecture et le travail des écoles et des bibliothèques publiques. La promotion de la lecture reste essentielle même à l'ère numérique; si les supports changent, l’écrit reste primordial.

L'alphabet forme la base de la communication écrite telle que nous la connaissons. Depuis 2002 la fondation Bibliomedia utilise l'alphabet comme logo. Pour le centenaire, les historiennes Franziska Schürch et Isabel Koellreuter racontent l'histoire de 100 ans de Bibliomedia en 26 mots-clés. Traduction française: Laurent Voisard et Sven Vulliamy. L'alphabet Bibliomedia est aussi décliné dans de petits films, produit par Lalita Brunner du Büro BerrelGschwind à Bâle. Les films seront publiés d'ici au 6 mai 2020 sur Facebook, Twitter, Instagram - et sur le site web, pour découvrir l’alphabet revisité par Bibliomedia, c’est par ici :
https://www.bibliomedia.ch/fr/avez-vous-vu-cela-100-ans-en-26-films

On vous laisse découvrir tout ça !

a

Début : le 6 mai 1920, Hermann Escher, directeur de la bibliothèque municipale de Zurich, Felix Burckhardt, son collaborateur et Marcel Godet, directeur de la Bibliothèque nationale suisse, créent la Bibliothèque pour tous (BPT). Le but de la fondation nationale est le renforcement des bibliothèques éducatives de Suisse en vue de «relever le niveau intellectuel, moral et professionnel de toutes les classes de la population». Continuer

b

Trois hommes et une bonne idée : le zurichois Hermann Escher est à la fois le concepteur, l’initiateur et le premier directeur de la Bibliothèque pour tous. Ce fils d’industriel, né en 1857, étudie l’histoire, l’histoire de l’art et la philologie classique à Zurich et Strasbourg, de 1876 à 1881. Continuer

c

Education populaire : après la grève générale de 1918, les milieux libéraux suisses s’intéressent à l’éducation des ouvriers dans le but de contrer l’extrême gauche. Continuer

d

Bibliothèque itinérante : Hermann Escher découvre le concept de la bibliothèque itinérante lors d’un voyage d’étude aux États-Unis, et lance cette idée en Suisse. Continuer

e

Livre : les livres sont véritablement polyvalents : loin de servir uniquement à archiver et à transmettre des connaissances, ils peuvent également enchanter, divertir, émouvoir, séduire, troubler ou nuire. Les livres ont un tel pouvoir qu’ils sont régulièrement interdits, voire brûlés! Continuer

f

Soldats : pendant la Première Guerre mondiale, l’armée suisse crée une Bibliothèque du soldat. Environ 30’000 volumes peuvent ainsi être mis à disposition des troupes pour leurs moments de détente. Après la guerre, sur le conseil du chef de l’état-major Sprecher von Bernegg, le Conseil fédéral décide de remettre ces livres à une organisation civile, à la disposition de la communauté. Continuer

g

Enfants et jeunes : dès le début, la Bibliothèque pour tous prête également des livres pour adolescents. Dans les années 1920, ce sont principalement les ouvrages classiques suisses de Johanna Spyri et de Niklaus Bolt. Toutefois, les livres pour adultes ont la priorité à la BPT, et la limite d’âge inférieure est fixée à 15 ans. Mais pas pour longtemps. Continuer

h

Bibliothèque publique : les bibliothèques publiques sont aujourd’hui considérées comme un «troisième lieu», une interface entre l’espace public et privé ; à la fois salon de lecture, lieu d’étude et d’animation. Continuer

i

Organisation : depuis sa création en 1920, la Bibliothèque pour tous est une fondation. À l’époque, elle est dotée d’un conseil de fondation de 36 membres, d’un comité de neuf membres et d’une direction opérationnelle au dépôt central de Berne. Continuer

j

Légitimation : les premières années, la Bibliothèque pour tous se donne pour mission de permettre l’accès aux livres et au savoir à tous les habitants et habitantes de toutes les régions de Suisse, puis au cours des années 1930, elle œuvre à la préservation du patrimoine culturel suisse. Continuer

k

Sites : aujourd’hui, Bibliomedia dispose de trois sites : à Lausanne, Biasca et Soleure. Il n’en a pas toujours été ainsi : lors de sa création, en 1920, seul le siège central à Berne existe. Jusqu’en 1923, les responsables mettent en place six sites régionaux supplémentaires à Lausanne, Fribourg, Lucerne, Zurich, Bellinzone et Coire. Continuer

l

Plurilinguisme : pour les étrangers, les livres représentent un peu un morceau de patrie que l’on amène avec soi. Pour cette raison, la BPT considère le plurilinguisme comme une tâche centrale déjà dans les années 1960. Continuer

Notre site Web utilise des cookies pour améliorer l’expérience utilisateur. Lire la suite dans notre politique de confidentialité