Buenzod Michel

Michel Buenzod est né à Paris en 1919 et passe son enfance dans la capitale française. Il arrive en Suisse en 1935. Il étudie les sciences économiques, sociales et politiques à l'Université de Lausanne. Il s'oriente ensuite vers l'enseignement, notamment à l'École professionnelle commerciale de Lausanne puis à l'École supérieure de commerce. Il est également adjoint de la faculté à l'École des HEC de l'Université de Lausanne. Engagé politiquement, Michel Buenzod a été conseiller communal de 1945 à 1949 à Lausanne et député au Grand Conseil. Il s'était également engagé au Parti suisse du travail en 1945 qui l'avait exclu au début des années 1950, lui reprochant de défendre le stalinisme ainsi que pour ses critiques sur la neutralité de la Suisse. Il a écrit dans l'hebdomadaire romand "Gauchebdo" jusqu'à l'âge de 92 ans. De 1954 à 1981, il a également été rédacteur à la revue de gauche "Contacts". Enfin, il a également œuvré en faveur des conditions de vie des handicapés mentaux et a contribué à la création de la Fondation du Centre de Vernand qui accueille des enfants handicapés. Michel Buenzod est décédé en 2012, dans sa 93e année.

Bibliographie :
  • Lointaine proxima. - Buenzod, 1967
  • Aimer la grammaire : orthographe, la vie des mots, textes littéraires, 1973
  • Faut-il tuer Sonia. - 1974
  • Les trois visites du Dr Seeberg. - 1976
  • Une révolution en été. - 1980
  • Les trois visites du Dr Seeberg. - Buenzod, 1981
  • La Suisse et le désarmement multilatéral. - 1982
  • Une révolution en été. - Buenzod, 1982 ; rééd. Favre, 1988
  • Le scoop. - 1986.
  • La folie Méricourt. - Aire, 1987
  • La fabrique du corps. - Aire, 1990; rééd. France Loisirs Suisse, 1991
  • Le Temps des camarades.- Aire/le Temps des cerises, 1995
  • Moi, Lénine. - Cabédita, 1999
  • Les quatre enfances d'Emmanuel. - Ed. de l'Aire, 2006 (Récit autobiographique)
  • Evêque de Cyrène. - Le Temps des cerises, 2008

Distinctions :
  • Prix Bibliomedia Suisse 1991 pour "La fabrique du corps"
  • Prix des Auditeurs de la Première 1991 pour "La fabrique du corps"

Extrait de La fabrique du corps

L'anatomiste songe aux dessins qu'il est en passe d'achever pour ses étudiants: il a préparé six planches, mais n'est pas très content des trois dernières qui montrent le squelette. Il hésite à en parler au Titien. Ne vint-il pas de finir ses études, même s'il est professeur? Quel poids aura-t-il face à ce peintre illustre que s'arrache tout ce qui compte en Europe et qui semble au sommet de son art? Mais Vésale ne veut rien négliger qui puisse améliorer son enseignement; il se décide. Le Titien sourit et lui propose d'apporter ses planches anatomiques à son atelier: - je n'aurai pas le loisir de m'en occuper moi-même, dit-il. Mais j'ai d'excellents collaborateurs et je crois que l'un d'entre eux, en particulier, s'intéressera à votre projet. - Kalkar! lance Gadaldino. Si c'est lui, j'imprimerai les planches sans demander un florin!

précédent