Pache Jean

Né à Lausanne en 1933, il y fait ses études (licence ès lettres), puis se consacre à l’enseignement. Il publie son premier recueil de poésies en 1955, au moment où il prend part à la naissance de la revue Pays du Lac. Il se fait aussi éditeur, en particulier en dirigeant quelques années la collection de l’Aire, à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Sa poésie témoigne de sa haute exigence de poète. Ses premiers textes, mélodieux, assez traditionnels, manifestent une vive sensibilité à la nature, aux êtres, à l’amour. On peut définir sa poésie comme étant celle qui parle en premier lieu de la femme qui est partie, laissant un homme blessé. Plus l’auteur avance, plus on voit son œuvre s’épurer, devenir plus aiguë, plus vive, plus violente parfois. Outre la dizaine de recueils de poésie publiés à ce jour, il a écrit des textes en prose, fictions et récits. Il fut critique littéraire au quotidien 24 Heures et à la Radio suisse romande. Il décède le 2 février 2001 dans la capitale vaudoise, à l'âge de 67 ans.

Bibliographie :
  • Les fenêtres simultanées. – Aux miroirs partagés, 1955.
  • Poème de l’autre. – Gallimard, 1960.
  • Analogies. – La Baconnière, 1966. (Poèmes 1958-1961)
  • Repères. – L’Aire, 1969. (Poèmes 1962-1966)
  • Rituel. – Rencontre, 1971. (Poèmes 1966-1969)
  • Anachroniques. – L’Aire, 1973. (Récits)
  • L’œil cérémonial. – L'Aire, 1975. (Poèmes 1970-1974)
  • Le corps morcelé. – L’Age d’Homme, 1977. (Poèmes)
  • Lacunaires. – P. Belfond, 1980. (Poèmes 1975-1978)
  • La parodie. – L’Aire, 1980.
  • Ordonner les déserts. - Galerie l'Entracte, 1981.
  • Baroques. – L’Aire, 1983.
  • Les corps imaginaires. – L’Aire, 1983. (Poèmes 1979-1982)
  • Histoires d’arbres et de roches : à l’initiation des petites sorcières. - K. von Ballmoos, 1984.
  • Matière inscrite. - F. Simecek, 1984.
  • Le Fou de Lilith. - Zoé, 1986.
  • Anagkh : naissance et défiguration de l’arbre. – Atelier de Saint-Prex, 1988.
  • Les prunelles ardentes. - P.-A. Pingoud, 1989.
  • Dans la dislocation des méridiens. - Françoise Simecek, 1989.
  • La Straniera. - Éditions Zoé, 1990. (Prix Dentan)
  • Brûlots parmi les dunes. – Empreintes, 1990. (Poèmes)
  • Les soupirs de la sainte et les cris de la fée. - P.-A. Pingoud, 1991.
  • Théodolite. - P.-A. Pingoud, 1993. (Poèmes 1988-1992)
  • Le discours amoureux d’un commis voyageur. - Empreintes, 1994.
  • Dans l’œil du silence. - Empreintes, 1997.
  • Vingt et un lieux de la jubilation. - Empreintes, 2000. (Poèmes)
  • Nodales ; Suivi de Tuer n'est pas rien.- Empreintes, 2001. (Poèmes)
  • Théodolite ; Précédé de Les soupirs de la sainte et les cris de la fée. - Empreintes, 2001. (Poèmes)

précédent