Monnier Jean-Pierre

Né à Saint-Imier, dans le sud du Jura suisse, en 1921, d'ascendance paysanne et horlogère. Plusieurs de ses ouvrages ont été traduits en allemand. Il avait en outre reçu le prix Schiller, la plus haute distinction littéraire suisse, pour Les algues du fond, publié en 1960. Durant près de quarante ans, jusqu'en 1987, il a enseigné au lycée de Neuchâtel, après avoir fait des études de lettres à Neuchâtel et à Berne. Jean-Pierre Monnier a entamé sa carrière littéraire après sa rencontre à Paris, en 1949, avec Pierre de Lescure, fondateur des Editions de Minuit. Avec de jeunes écrivains français et étrangers, il a participé à la création de la revue Roman. Après la mort de Pierre de Lescure, Jean-Pierre Monnier n'est plus jamais parvenu à publier en France. Homme modeste et discret, il ne peut cependant être considéré, malgré son attachement à son Jura natal, comme un auteur régionaliste. Ecrivain de l'émotion, de la sensation, il voulait exprimer dans une langue austère "quelque chose de l'homme [...] en cherchant à le connaître dans sa solitude, ses peurs, dont celle de la mort, et pourtant son désir de l'autre". Jean-Pierre Monnier est mort samedi 29 novembre 1997 à son domicile d'Epautheyres, près d'Yverdon, dans le canton de Vaud

Bibliographie :
  • L'amour difficile. – Plon, 1953. (Roman)
  • La clarté de la nuit. – 1956.
  • L’Arbre un jour. - Cahiers de la Renaissance vaudoise, 1971.
  • L'allègement. – 1975.
  • L'Age ingrat du roman. – 1967.
  • Ecrire en Suisse romande entre le ciel et la nuit. – 1979.
  • Ces vols qui n'ont pas fui. – 1988.
  • Les Algues du fond. – B. Campiche, 1990.
  • Pour mémoire. - B. Campiche, 1992.
  • Oeuvres (3 tomes). - B. Campiche, 1997

précédent