Dewarrat Marie-Claire

Née en 1949 de parents ouvriers, Marie-Claire Dewarrat est originaire de Romanens, dans le canton de Fribourg. Elle passe son enfance à Bex pour suivre ses études à Saint-Maurice. Elle travaille ensuite dans un atelier de cuir à Châtel-Saint-Denis avant de publier son premier recueil de nouvelles, "L'été sauvage", en 1985. Depuis, elle se consacre pleinement à l'écriture. Elle est mère de 3 enfants.

Werke:
  • Florilège FR : 1980-1981 / Avec la collab. Monique Zapf. - G. et A. Jaeger,1981
  • L'été sauvage. - Aire, 1985 ; rééd. 1987 ; rééd. 1999
  • Carême. - Aire, 1987 ; rééd. 1988
  • Châtel-St-Denis et ses fanfares : 1867-1987. - Ville et commune de Châtel-St-Denis
  • La saison des mouettes. - Aire, 1988
  • Un chemin de croix. - Aire, 1989
  • Les croissants sont meilleurs le dimanche : (souvenir). - Aire, 1990
  • En enfer, mon amour. - Aire, 1990
  • Le maître du silence (enregistrement sonore). - Maîtrise de Fribourg, 1991
  • Le tarot de Gruyères. - Commission administrative du Château de Gruyères, 1993
  • Jardin divers. - Terreaux, 1993
  • Les territoires indiens. - Aire, 1993
  • Chansons pour grandir (enregistrement sonore). - Studio son Ballestraz, 1994
  • Notre-Dame des Lanzes: une histoie, une prière, une promenade. - Commune, 1996
  • L'âme obscure des femmes: ...des nouvelles de la maternité...- Aire, 1997
  • Les jours funestes d'Algernon Logan. - Aire, 2000.
  • Célébrations: lois et coutumes de la guerre. - Aire, 2004
  • Chroniques d'altitude. - L'Hèbe, 2009

Auszeichnungen:
  • Prix Bibliomedia Suisse 1986 pour "L'été sauvage"
  • Prix Dentan 1988
  • Prix Alexis Peiry

Textausschnitt aus L'été sauvage

L'italien, lui, restait au village. Debout sur la place avec quelques amis, il parlait fort et sifflait les filles; nous cachions notre plaisir sous des mines méprisantes et dans de sots éclats de rire. Ils portaient leurs vêtements de ville comme une peau supplémentaire, heureux de leurs vestes étroites, de leurs pantalons ajustés, de leurs souliers pointus, de toute cette élégance méditerranéenne qui se mirait dans l'oeil des femmes et faisait ricaner les hommes du village.

Zurück